Le Guide de la Réunion
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

L'histoire de l'île de la Réunion

 Partager  Partager

L'histoire de l'île de la Réunion

Aujourd'hui | D'où vient ce nom ? | Onze noms différents | Les gouverneurs de l'île


Découverte au début du XVlè siècle par les européens (après avoir été vraisemblablement repérée depuis longtemps par les arabes), l'île n'intéresse d'éventuels colonisateurs qu'un siècle et demi plus tard. En 1642, un navire de la Compagnie Française de l'Orient, fondée par Richelieu, prend possession officiellement de l'île : on plante un drapeau à un endroit qui se nomme depuis ... La Possession.

C'est en 1646 que l'île reçoit ses premiers occupants, douze mutins exilés de Fort Dauphin. Séjour paradisiaque pour ces "punis", qui se réjouissent grandement de trouver un climat sain, des rivières poissonneuses, un gibier facile à attraper. Deux ans après, vingt volontaires s'installent, dirigés par Etienne Regnault, premier "commandant" officiel de Bourbon.

Cette fois, la colonisation est bien lancée. Ils viennent d'Europe mais aussi de Madagascar et déjà d'lnde.

Histoire de la Réunion On défriche un peu, on vit de cueillette et de chasse, on fait des enfants. Au fil des ans, l'île devient un lieu de ravitaillement pour les navires de passage, la mise en valeur des terres et le défrichement se développent au profit de la production de café et d'épices.

Parallèlement, I'importation de travailleurs forcés commence. En 1794, Bourbon devient la Réunion et elle va devenir au cours des années suivantes, Bonaparte, Bourbon puis en 1848, à nouveau et définitivement Réunion...

Le 11 octobre 1800, Madame Desbassyns se retrouve à la tête de plus de quatre cents esclaves et d’un patrimoine très étendu après la mort de son mari Monsieur Henri Paulin Panon Desbassyns. Le nom Desbassyns vient du fait que toutes les terres étaient situées sur le littoral de Saint-Gilles, où les bassins sont en grand nombre.

Dès la proclamation du gouvernement républicain provisoire, Arago, Lamartine et leurs amis, sous la pression de Victor Schoelcher, signent le décret d'abolition de l'esclavage.

La réussite de l'opération à la Réunion tient de la personnalité du commissaire de la République envoyé dans l'île, Sarda Garriga.
L'abolition de l'esclavage pourrait être l'occasion d'une grande révolution sociale et économique. Ce n'est pas le cas, les colons compensent l'hémorragie de travailleurs par une importation massive "d'engagés" et de travailleurs immigrés volontaires originaires de différentes régions d'lnde puis de Chine.

Histoire de la Réunion En cent ans, de 1848 à 1946, l'île change doucement. Les apports de nouvelles populations bouleversent le paysage social et le paysage tout court, gonflant et colorant les villes, mais on croirait que dans l'ambiance rien n'a vraiment bougé.

Au fil des années les rues se pavent puis se bitument, les voitures automobiles remplacent les calèches. Et en 1882, l'île s'offre un train à voie étroite qui reliera Saint-Pierre à Saint-Benoît, en passant par Saint-Denis jusqu'à ce que l'auto, après la seconde guerre mondiale, finisse par le détrôner.

II faut voir dans cette apparente somnolence un résultat de la conjoncture économique : la prospérité de l'île reste fondée sur la monoculture de la canne. Or le cours mondial du sucre a bien baissé, à mesure que la betterave se développait en Europe.

La vanille et le géranium restent des cultures spéculatives destinées à un marché extérieur et donc soumises à ses fluctuations. Tout ceci contribue à une longue crise qui se traduit par une paupérisation générale que l'enrichissement des gros possédants rend encore plus cruelle.

L'entre-deux guerres voit cependant un redressement, grâce aux efforts de puissantes sociétés agricoles. Mais en 1945, l'île, avec sa population trop nombreuse et trop mal nourrie, fait figure de colonie à l'abandon.

Un signe : en novembre 1942, quand le "Léopard" des Forces Françaises Libres vient délivrer l'île après deux ans de blocus, elle étouffe sous son sucre mais est au bord de la famine.

Une quasi-unanimité politique se fait pour que cela change, I'île se transforme en département le 19 mars 1946.
Le résultat ne se fait pas attendre : un préfet remplace l'ancien gouverneur et de multiples "directions départementales" injectent dans l'île un flot croissant de fonctionnaires. Parallèlement sont entamés de grands travaux d'infrastructures. Bref, on essaie de transformer la colonie oubliée en département comme les autres.

Aujourd'hui, l'ile de la Réunion fait figure d'île moderne au sein de l'océan Indien.


La Réunion d'aujourd'hui

Sur ce joyau de 2512 km2, cohabitent deux volcans,le Piton des Neiges(3069 m) aujourd'hui éteint et le Piton de la Fournaise(2631 m) qui, depuis trois cent mille ans agrandit l'île, au gré de ses éruptions successives.

Sa grande diversité géo-climatique offre à toutes les plantes, fleurs et fruits, un climat propice à leur épanouissement.

A la fin du XIXe siècle, une crise de la canne à sucre entraîna le développement de nouvelles cultures destinées à l'exportation : les plantes à parfum (Vétiver et Géranium) et la Vanille Bourbon, orchidée à l'arôme doux et puissant à la fois sont des produits trés recherchés dans le monde entier.

L'ile de la Réunion , est depuis 1946 un Département Français d'Outre-Mer où, une mosaïque de races venues de tous les continents (Europe, Asie, Afrique...) vivent en harmonie et ont apporté leur savoir-faire et adapté leurs recettes pour créer une cuisine typiquement Réunionnaise.

Les amateurs de sport nautique pourront apprécier les plages de Saint Gilles, Saint Leu, L'Etang salé et Saint Pierre où ils pourront pratiquer leur activité favorite (surf, plongée, pêche au gros, voile,...). Les randonneurs trouveront dans les montagnes inférieures, plus de 1000 kms de sentiers parfaitement balisés et entretenus, conditions essentielles pour profiter pleinement d'une nature qui se fera selon les lieux, primitive, exotique ou romantique.

La Réunion, n'est pas une île tropicale comme les autres, elle offre un vrai dépaysement à ceux qui recherchent autre chose que la sempiternelle image du touriste paressant sur une plage de rêve. Si, un seul mot devait remémorer l'image de l'île, ce serait celui de diversité.

- Diversité géographique,
- Diversité climatique,
- Diversité botanique,
- Diversité culinaire,
mais plus que tout la diversité humaine.


Onze nom différents

- En 1502 sur le portulan de (Cantino) elle est Dina Margabim
- En 1512 "Isla Mascarenha
- En 1512 elle est ensuite appelée santa Apolonia
- En 1613, elle est England Forest.C'est l'anglais Castleton qui la baptise ainsi, tant elle lui rappelle son pays. L'île est toujours inhabitée.
Elle sera appelée Peal islanddu nom du bâteau de Castleton.
- En 1619, un hollandais la visite et l'appelle Maskarenas, il a les cartes portugaises.
- En 1649,Flacourt la baptise Bourbonen l'honneur de la famille royale. Elle est alors habitée.
- En 1689, elle est appelée île d'Eden par Duquesne, un huguenot français réfugié en hollande. Il ignore qu'elle n'est plus déserte et veut y installer une colonie protestante. il sera déçu.
- En 1793, "La Réunion car le nom de Bourbon est devenu haïssable pour les révolutionnaires.
- En 1803 île Bonaparte
- En 1815 Ile Bourbon à nouveau car c'est la restauration.
Puis en 1848 La réunion" définitivement.


L'origine de ce nom

Comme c'est le cas pour l'origine du mot "Z'oreil", une quantité d'explications différentes est donnée pour expliquer ce nom. Il est difficile de prendre parti. Enumérons :

- Lorsque la révolution de 1789 fut connue dans les îles, cette nouvelle fut bien accueillie et une assemblée se mit en devoir d'élire deux députés qui se rendirent à Paris. la fiévre révolutionnaire se manifeste et beaucoup de "réunions" sont tenues un peu partout, d'où ce nom.

- La plus courante : la "réunion" des gardes nationaux et des Marseillais durant la révolution aurait été commémorée à l'île Bourbon en lui donnant ce nom.

- Commémoration toujours, mais celle de la Belgique "réunie" à la France lors de la révolution.

- Le patronyme d'un club révolutionnaire ou maçonnique aurait donné ce nom de "La Réunion"

- "La Réunion, c'était dans le vocabulaire de l'époque, un mot ayant une valeur absolue, ne définissant pas un objet particulier, ne visant pas un fait déterminé, mais caractérisant un état comme "la Paix", "la Concorde", "l'Egalité".





Suivez-nous sur :
Facebook Twitter
Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, relative à l'informatique, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici
Le guide de la Réunion Réserver votre vol Les hotels de la Réunion Location de vacances Location de voiture