Le Guide de la Réunion
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Ile de La Réunion, le guide pratique et complet

 Partager  Partager

Le Piton de la fournaise (2631 m)

Géolocaliser le Piton de la Fournaise sur la carte | Le volcan pratique|  Le Piton des Neiges

Loin des images véhiculés par la publicité et le rêve, vous ne trouverez pas à la Réunion les lagons turquoise, le sable blanc et les cocotiers des îles tropicales, mais quelques plages sauvages où il fait bon flâner entre deux randonnées. C'est en effet dans les Hauts que se dévoile les trésors de l'île.

Des paysages d'une diversité étonnante vous attende, une végétation dense, variée, riche en senteurs, des reliefs démesurés, et un volcan plein de mystére, l'un des plus actifs et des moins dangereux au monde.

Élément incontestable du patrimoine naturel de l'île de La Réunion, il est reconnu comme le site touristique le plus visité de l'île (plus de 200 000 visiteurs par an). Considéré comme l'un des volcans les plus actifs du monde, il est aussi le seul volcan français à l'activité considérée comme permanente.

Le Piton de la Fournaise est un jeune volcan-bouclier hawaiien, né il y a 5 à 600 000 ans sur les flancs de son aîné le Piton des Neiges. Celui-ci, désormais assoupi, émergeait de l'océan pour former l'île, il y a plus de 2 millions d'années.

Le volcanisme de l'île de la Réunion est dit de point-chaud, c'est-à-dire qu'il est issu d'une lente remontée de magma, donc de chaleur, depuis l'intérieur du manteau terrestre. A la manière d'un chalumeau, ce "panache" perce la croûte terrestre et construitde grands massifs volcaniques, tels que La Réunion ou Hawaii.

Le Piton de la Fournaise a abouti patiemment depuis trois cent mille ans son socle, d'une éruption à l'autre. Un des plus beaux et plus grands volcans-boucliers du monde.
La plaine des sablesMais on s'accorde à dire que le paysage volcanique ne commence qu'une bonne heure aprés, quand la voiture s'élève qu dessus de Bourg Murat et atteint cette première balise qu'est le nez de boeuf. Autre spectacle, autre vertige, quelques kilomètres plus loin : La Plaine des Sables, aprés cette traversée on arrive au Pas de Bellecombe. A vos pieds une mer de laves figées qui montent progressivement jusqu'aux cratéres sommitaux, le Borie, 2631 m et le Dolomieu.

Plus de 150 éruptions ont été recensées depuis 1649. Les premières éruptions décrites soigneusement remontent au XVIIIe siècle. Jusqu'au début du XXe siècle les récits sont dus à quelques explorateurs aventureux dans des régions alors sans voies d'accès (Bory de Saint-Vincent, Maillard, Velain, Hermann, Lacroix, etc.) et à des observateurs (Hugolin, Hubert, rapports de gendarmerie) situés sur le littoral. Bien que parfois spectaculaires, ces récits sont trop imprécis quant aux lieux des éruptions, leur nombre, ou leur durée. Grâce à l'amélioration des voies d'accès à l'Enclos Fouquet, les éruptions des 50 dernières années ont été observées et suivies avec plus de précision. Depuis 1979, un Observatoire Volcanologique suit en permanence les moindres toussotements internes grâce à un des réseaux de surveillance parmi les plus denses du monde.

La prévision des éruptions et leur étude dans les moindres détails en sont les principales activités. Actuellement, la zone la plus active du volcan se situe à l'intérieur de la caldeira la plus récente, prolongée à l'est par les remparts de Bois-Blanc et du Tremblet, formant ainsi une structure en fer à cheval ouverte vers la mer. Plus de 95% des éruptions ont lieu dans cette enceinte, leur fréquence est très variable mais elles font de la Fournaise un des volcans les plus actifs du globe.

En dehors de l'Enclos, l'activité volcanique est plus réduite et localisée suivant de grands axes se recoupant au niveau du sommet. Sept éruptions "hors enclos" ont été observées depuis 1708, les dernières datant d'avril 1977 (qui ont détruit en partie le village de Sainte-Rose), et de mars 1986 (au niveau du village du Tremblet et de la Pointe de la Table).

Ce sont les seules qui menacent la population une à deux fois par siècle. L'une des dernières coulées datant de mars 1986 fut très spectaculaire, et permit aux Réunionnais d'assister à un spectacle véritablement dantesque, à un combat gigantesque et hors du commun, au mariage fantastique de l'eau et du feu. Ce dernier, venu des entrailles de la terre, déversait un flot ininterrompu de basalte dans la mer, à proximité du lieu-dit "la Pointe de la Table". La coulée de lave subissait des variations de vitesse spectaculaires passant de 7 à 15 m3/seconde et c'est à une température de plus de 1000 degrés qu'elle se heurta aux vagues brutales de cet endroit, provoquant des réactions exothermiques extraordinaires. Lorsque l'éruption s'arrêta, le 5 avril, l'île de la Réunion avait gagné 30 ha sur l'Océan Indien... Mais la mer, forte de sa capacité d'érosion, ne reprendra-t-elle pas son bien au cours des millénaires à venir ?

Le domaine du Piton de la Fournaise est un véritable paradis pour les randonneurs. En effet une vingtaine de circuits sont proposés, tous parfaitement balisés par l'O.N.F. Mais attention, quelques précautions élémentaires sont à prendre : une très bonne paire de chaussures, un pull, de quoi pouvoir se restaurer et boire et surtout un chapeau, le soleil étant très virulent même si le temps est un peu gris.

Une condition indispensable pour que cette journée d'exploration soit une parfaite réussite est d'être sur place aux premières heures du jour car le temps à cette altitude est très changeant et la pluie et le brouillard ont très souvent l'habitude de faire leur apparition en cours de journée.

La ballade à réaliser en priorité est bien sûr le tour du cratère pour laquelle il faut prévoir 5 heures minimum. Dépaysement et émerveillement sont assurés. Le départ du sentier de 13,4 km se situe au Pas de Bellecombe qui surplombe l'enclos Fouquet.

Après une descente de 15 à 20 mn vous vous retrouverez dans l'enclos. Le premier cratère que vous rencontrerez est le Formica Léo qui est entièrement constitué de scories. Tout autour ce ne sont que d'immenses plateaux de lave qui entourent le cratère central.

En continuant la marche vous parviendrez à la Chapelle Rosemont, énorme tumulus de lave. A cet endroit deux itinéraires sont proposés. A droite : le chemin le plus court (45 mn) mais également le plus difficile car il monte directement au cratère Bory qui culmine à 2 631 mètres.

A gauche, une voie plus facile mais également plus longue (1h30). Le Bory ne crache plus aujourd'hui, sa dernière activité remonte à 1982, ce qui permet de descendre dans son cratère et d'observer ses parois vertigineuses et ses nombreuses failles. En continuant de contourner le volcan vous arriverez au cratère Dolomieu.

A la différence du Bory, celui-ci est encore en activité, il est donc formellement interdit d'y descendre, la présence de fumerolles rappelle d'ailleurs qu'il suffirait de peu de chose pour qu'une faille se forme libérant ainsi la lave en fusion.


Quelques photos du Piton de la Fournaise




Suivez-nous sur :
Facebook Twitter
Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, relative à l'informatique, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici
Le guide de la Réunion Réserver votre vol Les hotels de la Réunion Location de vacances Location de voiture