Le Guide de la Réunion
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Sainte-Rose ile de la reunion

 Partager  Partager

Sainte-Rose ile de la Réunion

Les 24 communes
Saint-Denis
Saint-Pierre
Bras-Panon
Cilaos
Entre-Deux
La Possession
Le Port
Les Avirons
Les Trois-Bassins
Etang-salé
La Petite île
Le Tampon
La plaine des Palmistes
Salazie
Saint-Leu
Sainte-Marie
Sainte-Rose
Saint-Andre
Sainte-Suzanne
Saint-philippe
Saint-Louis
Saint-Paul
Saint-Benoît
Saint-Joseph
Nom du maire : Michel VERGOZ
Habitants : Les Saintes-Rosiens
Population : 6.538 Hab.
Naissance : 1790
Hectare : 17.782
Code postal : 97439
Région : EST
Devise :
Armoirerie :
Le volcan à toute sa place sur les armoirie de Sainte-rose : le massif de la Fournaise est en grande partie sur son territoire. La nef voilée rappelle à la fois la vocation maritime et de la commune mais aussi l'arrivée des navires du Roy de France, puis celle des goélettes de sa majesté britannique lors de la conquête de Bourbon par les Angalis en 1810.
La rose d'argent symbolise le nom de la commune.

C'est en 1790 que le lieu-dit : "Quai des Roses" fut appelé Sainte-Rose et transformé en paroisse. La "Marine" accueille aujourd'hui des pêcheurs de haute mer et des pêcheurs à "la gaulette".
Le littoral verdoyant de l'Est de l'île est superbement mis en valeur à Sainte-Rose. Au pays des embruns et des vacoas, des promenades vivifiantes le long de l'Océan, au pied du Volcan, sur une côte Est qui gagne à être connue.

Voici la Réunion la plus vraie, la plus préservée des assauts de la modernité. La partie de la côte "au vent" qui s'étend de l'entrée de la commune de Sainte-Rose jusqu'à Bois Blanc et l'orée du Grand-Brûlé de Saint-Philippe a su conserver un cachet créole d'un grand charme.

De part et d'autre de la route, les cases coquettes s'offrent au regard des passants, fenêtres grandes ouvertes au soleil du matin. La végétation généreuse, dopée par les pluies tropicales, s'ordonne en d'innombrables jardins, véritables espaces d'amour entre le Réunionnais et son habitation. Les falaises basaltiques qui tombent abruptement dans la mer ont interdit la construction sur le littoral, conservant l'authenticité de ce balcon côtier tourné vers le levant.

Les Saint-Rosiens ont bien compris l'attrait de cette façade marine pour le visiteur en quête d'iode et de grand air. Une promenade longue de près de trois kilomètres est aménagée à partir du petit port, carrefour de la vie du village. Dans les eaux de cette "marine", les dauphins viennent parfois batifoler à quelques mètres seulement des jeunes baigneurs.

Un spectacle rare pour ceux qui ont eu la chance d'y goûter. Mais Sainte-Rose offre d'autres points d'accés nombreux avec l'océan. En poursuivant la route, au pied des grandes pentes du Volcan, on dépasse la POINTE CORAIL pour arriver à PITON SAINTE-ROSE et son église miraculeusement épargnée par les laves de l'éruption de 1977.

Quelques kilomètres plus loin on peut accéder à l'ANSE DES CASCADES, un des sîtes les plus appréciés du littoral réunionnais. Ce "sentier de la pointe des Bambous", tracé dans la forêt domaniale, est un autre balcon sur l'océan dont Sainte-Rose n'est pas avare. Un peu plus bas encore sur la route de BOIS-BLANC et du GRAND-BRULE, un petit chemin permet d'accéder à la SOURCE.


Histoire

En 1671, Le gouverneur de la Haye accoste à Sainte Rose avec un dénommé Caron, sur le site de la Marine.

Le lieu s’appelle donc d’abord Port-Caron. Les premières concessions sont accordées en 1727 à Guillaume Plante et Pierre Gotreau.

Le quartier dépend de Sainte Suzanne jusqu’en 1733, puis de Saint Benoit, devient paroisse en 1789 et commune en 1790.

C’est à Sainte Rose qu’a lieu une des plus fameuses batailles de la prise de possession de l’ile, en 1810, par les anglais. La commune reste enclavée jusqu’à la construction du pont suspendu à la fin du XIXème siècle, où sa vocation agricole peut pleinement s’exprimer : café, mais, riz et élevage assurent sa prospérité avant l’arrivée de la canne à sucre en 1820.

Quatre usines sucrières y seront implantées. en 1977, le village de Piton Sainte Rose est en partie détruit par une éruption hors enclos de la Fournaise.

Plus récente, celle de janvier 2002 a fait craindre le pire au village de Bois Blanc.


Localisation de la ville sur la carte de l'île de la Réunion

BANANALAND
Route nationale 2, bellevue - 97439 Sainte-Rose
Contacter par telephone

Visite pédagogique d'une banareraie artisanale de 6 hectares. (collections de bananiers, fleurs exotiques et verger créole) Circuit thématique : histoire de la banane aux techniques de mûrissage...


Fiche détaillée

PLANTATION VANILLA BOURBON
Petit Brûlé - 97439 Sainte-Rose
Contacter par telephone


Fiche détaillée

L'Anse des Cascades La coulée de lave. Qui a traversé le village de Piton Sainte-Rose. L'église de Piton Sainte-Rose. Que la lave cerna à Pâques 1977, sans y pénétrer... La tour Corbett. Dressé en l'honneur du commodore anglais Corbett, qui trouva la mort en ce lieu dans une bataille contre l'amiral français Bouvet en 1810.

Notre Dame des Laves : à Piton Sainte Rose. L’une des églises les plus célèbres de l’ile, Notre Dame Des Laves doit sa notoriété à l’éruption de 1977, durant laquelle la lave épargna de justesse le modeste édifice, s’arrêtant quasiment sur son seuil, devant l’hôtel. Beaucoup bien sûr virent là un miracle dû à l’intervention divine. De façon tout aussi miraculeuse, aucune victime ne fut à déplorer durant cette éruption considérée comme majeure en raison du volume de lave émis. Un rondin de bois, trouvé à la porte de l’église et ayant survécu aux assauts de la lave, fait maintenant office de mémorial.

La Vierge au Parasol : qui se situe à côté de l’église. Elle est censée protéger la population contre les colères du volcan. La statue de la Vierge surmontée d’un parasol pour l’abriter des assiduités du soleil ou de la pluie, dans le Grand Brulé, a plusieurs histoires. Elle aurait été installée par un propriétaire désireux que ses terres soient protégées contre les laves. D’autres disent qu’un braconnier, cerné par les laves aurait imploré Marie. La lave l’ayant épargné, il aurait dressé cette statue en remerciement à la Vierge. Une première éruption épargna la statue dans les années 50. En 1961, pas de miracle, elle fut recouverte par la lave, et fut érigée par la suite un peu plus près du Piton Sainte Rose. Lors de la récente coulée de janvier 2002, la statue fut préventivement déboulonnée. A juste titre puisque quelques instants plus tard, la lave détruisait tout à cette endroit !

Anse des Cascades : une belle anse de blocs de basalte sombres, quelques cascades qui dévalent de la paroi, des barques de pêche, un gigantesque banian, des palmiers et des vacoas. L’Anse des Cascades, accessible par une courte route à environ 3 kilomètres au Sud de Piton Sainte Rose, a tous les attributs du site idyllique. Ce lieu de rendez-vous pour les pique-niques du dimanche, est un des plus caractéristiques des régions maritimes tropicales chaudes et humides.

Le Pont suspendu de la Rivière de l’Est : la rivières de l’Est est le plus dangereux des cours d’eau de l’ile. Ses crues sont dévastatrices. Il est le seul dont les ilets n’ont jamais était colonisés! Il y a une raison à cela : lorsque les éboulis créent des barrages artificiels, ceux-ci finissent toujours par sauter comme des bouchons de champagne sous la pression des eaux. Le torrent détruit alors absolument tout sur son passage, arasant les parois montagneuses, arrachant les arbres… Son franchissement dans les temps héroïques, relevait des travaux d’Hercule : chemin malaisé, caillouteux, serpentant à flancs de ravines ! En 1884 un pont suspendu d’une portée de 106 mètres, ouvrage audacieux pour l’époque fut jeté entre ses berges et servi, tel quel, pendant des décennies. Il fut remplacé en 1979 par un ouvrage d’art a portée unique, l’ancien pont restant en place car il n’était pas question de détruire ce glorieux témoin de notre histoire. Le vieux pont suspendu est un des ouvrages d’art les plus admirés et photographiés de toute l’ile. Le cadre alentours est magnifique.

La Marine de Sainte Rose : agréable village de pêcheurs réputé pour la diversité de ses prises : vivaneau, poisson rouge, cabot, thon, espadon, capucin.

Aucun établissement hôtelier recensé dans cette ville.
  Restaurant Fleurs de Canne
43 Bis lot Lacroix - 97439 - SAINTE-ROSE

  Le Joyau des Laves
che Cascades - 97439 - SAINTE-ROSE

  Gite du Volcan
Pas de Belcombe - 97439 - SAINTE-ROSE

  Les Deux Pitons de la Fournaise
rte Nationale 2 Piton Ste Rose - 97439 - SAINTE-ROSE

  Restaurant Anse des Cascades
chem Cascades Piton Ste Rose - 97439 - SAINTE-ROSE

  Restaurant Anse des Cascades
chem Cascades Piton Ste Rose - 97439 - SAINTE-ROSE

  Restaurant Bel Air
480 rte Nationale 2 - 97439 - SAINTE-ROSE

  Auberge Restaurant Le Poisson Rouge
503 rte Nationale 2 - 97439 - SAINTE-ROSE

Suivez-nous sur :
Facebook Twitter
Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, relative à l'informatique, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici
Le guide de la Réunion Réserver votre vol Les hotels de la Réunion Location de vacances Location de voiture