Le Guide de la Réunion
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Les fruits de l'île de la Réunion

 Partager  Partager

Quelques fruits de l'île de la Réunion

Ananas

L'ananas fait l'objet d'une culture intensive, qui en fait pour l'île l'une des toutes premières cultures fruitières.
On en retrouve dans de nombreuses zones, mais essentiellement dans les bas de l'île.
Ainsi, on trouve des champs d'ananas à Petite île, le long de la rivière Langevin ou encore a proximité de Saint Benoit.
Cette répartition géographique se justifie en rapport des besoins hygrométriques de l'ananas.
De plus, les ananas affectionnent les terres meubles et aérées. A la réunion, la variété reine est le Queen Victoria.
De petite taille, cette variété à la réputation d'être sucrée et très parfumée. La chair tendre n'engendre que peu de pertes, en regard des variétés plus grosses, au cœurs plus durs.
La production d'ananas s'étale tout à long de l'année grâce à la fécondation artificielle des plants.
D'une couleur attrayante et riche en vitamines, l'ananas est le fruit roi des desserts et pique-nique réunionnais.
On en trouve sur tous les marchés à consommer sur place ou à emporter. Il est également très apprécié en jus ou en Rhum Arrangé.


Avocat

L'avocat, commun dans nos assiettes, l'est également dans nos forêts. Importé au milieu du XVIII ° S, on retrouve de nombreuses variété d'avocats sur mon île.
Sans être véritablement cultivé, on en retrouve très fréquemment sur les marché forains de l'île.
Les fruits, suivant la variété retenue, peuvent être de différentes tailles et de différentes formes.
Ainsi, on retrouve la forme "traditionnelle " de poire très courantes, mais l'on peut également trouver des avocat de plus d'un kilo quasi sphériques.
Les greffes et autres manipulations ont permis le développement d'une telle variété de fruit.
L'arbre, dont les bois est cassant et fragile (avis aux amateurs d'escalade) est d'un port assez imposant. Il peut mesurer jusqu'à 20 m de hauteur (en général, les spécimens réunionnais sont plus petits).
Les feuilles sont vertes, foncées et luisantes. Le bois généralement grisâtre est assez peu ramifiés, les branches maîtresses étant imposantes.
Les fruits sont consommés en général en hors d'œuvre, avec de la vinaigrette, de la mayonnaise ou autres.
L'avocatier possède de nombreuses applications médicinales, ses feuilles soignerait la toux, les graines lutteraient contre les diarrhées et l'huile est utilisée en soins dermatologiques.


Amandes de badame

Le badamier est un grand arbre atteignant fréquement plus de 10 m sur l'île de la réunion.
On en retrouve régulièrement sur les places publiques (notamment sur l'aire de stationnement de Grand Anse).
Originaire de Nouvelle guinée il a été importé au XVII°S en provenance de Madagascar. L'espèce est essentielement plantée à des fins ornementales.
L'ombrage et le port imposant de l'arbre en font un élément intéressant. Les feuilles ovalisées (proches du raisin marine) sont d'une couleur vert luisante.
Les fruits en formes d'amandes sont recouvert d'une fine chair légèrement acidulée. Une coque épaisse protège un noyau au goût proche de la noisette.
La haute teneur en tanin donne des vertus médicinales à la noix du badamier (diurétique, lutte contre les diarrhées,...) Le bois, d'une couleur rouge est solide et peut être utilisé en ébénisterie.



Bibasse

Le bibassier (de son vrai nom Néflier du Japon) est originaire d'Orient. Il est très commun sur l'île, à l'image du Goyavier il n'est pas rare d'en rencontrer sur les bords de chemins de randonnée.
Le néflier du Japon est naturalisé dans les hauteurs de l'île. C'est un petit arbre (ne dépassant pas 8 ou 9 m pour les plus grands) aux port et aux feuilles caractéristiques.
Luisantes et très coriaces, recouvertes d'un duvet sur la face inférieures les feuilles prolonge un arbre au port assez étendu. L'arbre " prends " sa place ou il se pose.
Les fruits Jaunes/Orangés prenne la forme d'une petite poire ovoïde. Ils sont recouverts d'une peau assez coriace et veloutée. La pulpe est jaune et contient de 2 à 4 graines.
Ils sont régulièrement vendus sur les étal des marchés. Ils sont consommés tels quels en tant que fruit, mais entrent également dans la composition de rhum arrangés exceptionnels.
Les grains, chargés en acide cyanhydrique, donnent une légère acidité au mélange. A n'utiliser qu'avec les plus grandes précautions pour éviter de gâter la préparation.


Bilimbi

Le Bilimbi (Oxalidacceae) est fruit (proche d'un condiment) dont l'origine n'est pas certaine.
Le fruit, relativement acide et âcre sert essentiellement de condiment pour les achards.
Il active les muqueuse et relève l'arôme de certains plats. Certains lui confèrent des vertus médicinales, notamment pour se rétablir après quelques soirées bien arrosées, les feuilles étant utilisées en cataplasmes.
La production (bien que les arbres se fassent rares de nos jours) s'étale sur l'année sous un couvert végétal, la quantité de fruits produite sur un pied pouvant s'avérer très importante.
L'arbre peu ramifié peut atteindre une dizaine de mètre de hauteur. Les feuilles facilement reconnaissable, sont composée et les folioles nombreux.


Cabosse

Le Cacaoyer est un arbre de 3 à 8 mètres de hauteur, qui pousse à l'ombre. Il produit à partir de 4 à 5 ans, et est en plein rendement entre 10 et 25 ans. Il porte des feuilles toute l'année, elles ressemblent à des feuilles de châtaigniers. La fleur est petite, blanche et présente sur l'arbre pratiquement toute l’année. On trouve en permanence, des fleurs, des feuilles et des fruits ensemble sur l'arbre. On distingue deux récoltes par an. Le fruit appelé « Cabosse », de couleur jaune orangé, mesure environ 25 cm de long, 15 cm de large et pèse 500 gr. Cette cabosse contient entre 20 et 50 graines. A maturité, la récolte comprend les opérations suivantes : cueillette des cabosses cabossage, c'est à dire l'ouverture des cabosses La mise en fermentation des graines, pendant 2 à 7 jours Le séchage, c'est à partir de ce moment là, que la graine s'appelle fève de cacao. Origine : Amérique tropicale, bassins de l'Amazone et de l'Orénoque. Découvert par l'expédition de Fernando Cortez, en 1519. Habitat : pays tropicaux. Le cacaoyer exige un terrain bien drainé, chaud, humide, et couvert dans son jeune âge (propriété qu'il partage avec le caféier et le quinquina). On plante, en même temps que les cacaoyers, des arbres de couvert, le plus souvent des érythrines, que l'on appelle couramment mères du cacao. Taille maximale : 10 m. pour des raisons d'exploitation agricole, il est taillé plus bas. Feuillage persistant. Feuilles alternes, oblongues, vert brillant, à pétiole muni d'une articulation qui leur permet de s'orienter en fonction de l'intensité lumineuse. Fleurs : blanches ou jaunes, apparaissent directement sur le tronc ou sur les vieilles branches (cauliflorie, comme chez l'arbre de Judée, ou le Sterculea de la même famille). Fruits : grosses baies ovoïdes de 10 à 15 cm, appelées "cabosses", à enveloppe lisse ou verruqueuse, rouge-brun à maturité. Leur pulpe molle renferme de 25 à 75 graines de 2 à 2,5 cm de longueur, appelées fèves en raison de leur forme et de leur dimension. Utilisations : des fèves, riches en amidon, en matières grasses et en alcaloïdes (théobromine et caféine ), on extrait le cacao. On les laisse fermenter jusqu'à ce qu'elles soient prêtes à la préparation qui donnera le chocolat. Elles fournissent aussi le beurre de cacao, utilisé en confiserie, en pharmacie et en cosmétique. La théobromine est extraite des germes et des téguments de la graine pour ses propriétés diurétiques.


Carambole

Ce fruit caractérisé par sa forme en étoile à été importé d'Asie. De la même famille que le Bilimbi, il possède également une certaine acidité. Sa forme caractéristique en fait un fruit décoratif très utile pour les amateurs de cocktails ou de punch originaux. La Carambole a tendant à se raréfier dans les jardins, alors qu'il était commun d'en rencontrer par le passé. L'arbre, lorsqu'il est jeune, est très ramifié, lui donnant l'apparence d'un buisson. Les feuilles, d'un vert bouteille profond sont composées et peuvent atteindre 40 à 50 cm de longueur. Le fruit est d'une couleur jaune/orangée translucide comporte 5 ou 6 ailerons permettant de très facilement l'identifier sur les marchés forains (on en trouve assez régulièrement, pour un prix raisonnable : en général 10/15 fcs le tas de 4 ou 5). A l'image du bilimbi, le Carambolier fructifie de façon très abondante. Certains pieds fournissent plusieurs dizaines de kilo de fruits. Toutefois, il convient de faire attention, ce fruit est très fragile. En effet, en cas de chocs il a tendance à brunir rapidement. Le fruit, très riche en vitamine C peut être consommé tel quel. Toutefois, étant relativement acide, il peut être préférable de préparer le fruit. On en tire d'excellents jus ou sorbets, avec un peu d'efforts supplémentaire la carambole se transforme en gelées ou confitures très rafraîchissantes. L'acidité du fruit lui octroie d'autres possibilités plus " ménagères " telles que le décapage de métaux ou encore le détachage des vêtements.


Tamarin

Le Tamarinier, très grand arbre caractéristique des paysages tropicaux, est originaire d'Afrique. C'est James Cook lui-même qui introduisit cette espèce à Tahiti. Le fruit a une forme de gousse marron, contenant une moelle pulpeuse et des graines. C'est la moelle que l'on peut manger crue (avec du sucre), le fruit permettant une multitude de préparations : sauces, boissons, sirops, bonbons... Avec les graines mûres et grillées, on peut même fabriquer un ersatz de café. Feuilles, fruits et écorces du Tamarinier sont utilisés dans la pharmacopée traditionnelle.


Goyave

Originaire de l'Amérique du sud, la prune sableuse comme la nommaient les Aztèques en raison des multiples graines dans sa chair rose, a été introduite à Tahiti, en provenance du Brésil, en 1815. La chair de la goyave permet de fabriquer des jus de fruits d'une rare finesse, mais malheureusement, cette plante, qui a également de nombreuses vertus médicinales, est devenue envahissante en moyenne altitude et se multiplie aux dépends de la flore endémique.


Grenadille Fruit de la passion

La grenadille est une liane qui peut atteindre des dimensions impressionnantes. Il n'est pas rare d'en voir coloniser des arbres entier, la base de la liane devenant ligneuse d'un diamètre de plus de 10 cm. Cette liane est très largement cultivée à la Réunion, on en retrouve même quelques exemplaires naturalisées à l'orée des forêts. La tige de la liane est légèrement carré pour les tiges récentes. Les feuilles, facilement reconnaissables sont trilobées brillantes et vertes foncées. Les fleurs, caractéristiques des passiflores sont aisément reconnaissables, avec les nombreuses étamines et leurs odeurs si spécifiques. Les fruits, de forme ovoïde sont de couleur violette ou jaune suivant la variété. Ils ont tendance à se flétrir avec le temps, mais l'intérieur conserve entièrement son arôme. Une fois ouvert, le fruit révèle une arille jaunâtre et juteux. Tout l'intérieur du fruit est comestible. Le fruit est souvent consommé tel quel et crue, mais il peut également être transformé en jus (fruit de la passion). D'autres débouchés sont exploités tels que les sorbets, les gelées et les rhums arrangés. Les fleurs de passiflores sont elles connues pour leurs vertus thérapeutiques (calmant).


Coco

L'image d'Epinal de la Noix de Coco (une coque dure, une chair sèche et une eau sans réel arôme) est sérieusement remise en doute à la Réunion. Protégée par une coque fibreuse verte (ou orange suivant la variété) et épaisse, la noix n'est pas vraiment dure. La chair, tendre et délicate se partage la vedette avec une eau douce et rafraîchissante. Les coco commercialisées en métropole sont bien souvent trop mures, trop avancées en âge. Quel meilleur plaisir que de goûter une noix déposée de l'arbre à l'instant, avec son eau pure et délicate et sa chair tendre ? L'arbre est identifiable sans possibilité d'erreur, son tronc lisse et grisâtre, la couronne de feuille découpées et les fruits en permanence suspendus, symbole d'exotisme et d'aventure sont connus de tous. On en trouve communément dans jardins et parfois en bords de mer (notamment à Grand Anse. Parfois ils servaient à marquer l'entrée des maisons de maîtres ou des chemins vicinaux (on en retrouve au parc Amazone, ou encore autour de certaines maison du côté de Sainte Marie ou Saint Louis, étang du Gol). La plus forte concentration se trouve néanmoins au Tour de Roches (Grande Fontaine), ou la fête du Coco à lieu tous les ans (concours de grimper de cocotier, etc... Tout la production de l'arbre est exploitable. Le fruit est utilisé tel quel (la pulpe se mange et l'eau est parfois vendue au litre). Mais la forte concentration en huile lui permet d'être utilisé à des fins cosmétiques (l'huile de coco est vendu sur les marché, pour donner de beaux cheveux). Les produits fibreux sont exploités pour réaliser de nombreux ouvrages (cordages, tapis,...). Le choux du cocotier est également consommé (rarement à la réunion), il remplace très agréablement les cœurs de palmier.


Fraise

Les fraisiers sauvages ont été importés à la Réunion au du XVIII° Siècle. On en retrouve sur tout les continents (mis à part l'Afrique). De nombreuses variétés ont été introduites depuis (notamment par le CIRAD) afin de promouvoir la culture de la fraise à la Réunion. Il est d'ailleurs courant d'en trouver de très bonne qualité sur la marchés forains réunionnais (de Juillet à Janvier). La Fraise de l'Eau est une fraise sauvage largement naturalisée dans les forêts des Hauts de la Réunion (Forêt de Bébour, Forêt de Tamarins, etc.). C'est une plante opportuniste, parfois un peu envahissante. Profitant de coupes claires réalisées par l'homme dans les forêts (ou des chutes d'arbres liées aux cyclones), de véritables tapis de fraises des bois se développent. Sans véritable goût, le fraises des bois ne présentent pas un véritable intérêt gustatif. Elle peuvent parfois rafraîchir les marcheurs sur les sentiers de randonnée de Bébour.


Fruit à pain

L'arbre à pain, très commun dans les cours est facilement reconnaissable à ses feuilles et à ses fruits. Les feuilles très grandes (jusqu'à 1 m) et très large sont portement découpées. D'un vert profond et luisant, généralement situées à l'extrémité des branches, elles renforcent le port de l'arbre qui peut être important (plus de 15 m). L'arbre à pain n'est pas véritablement cultivé. Il pousse à l'état subspontané dans les cours. Il fructifie de novembre à juin. Les fruits, de couleur verte sont couverts d'une peau épaisse et rugueuse. La chair est ferme et blanche et ne contient pas de graines. Il est assez courant d'en trouver sur les marchés forains, pour un prix raisonnable. Le fruit n'est pas consommé tel quel. Il se prépare à l'identique des pommes de terres. La chair peut être bouillie et rappelle alors la patate. Grillée, elle rappelle la châtaigne. La chair est parfois utilisée pour la confection de pâte à beignet (comme le songe). La confiture de fruit à pain rappelle elle la confiture de marrons. Il est également de possible de préparer gratins, gâteaux et autres préparations plus élaborées.


Grenade

Originaire d'Europe du Sud, le grenadier est présent depuis fort longtemps à la Réunion. Arbuste buissonnant, il reste de petite taille (3 m maximum). Très souvent cultivé à des fins ornementales on en retrouve fréquemment dans les jardins créoles. Il est même naturalisé dans les hauteurs de Saint Leu. Sa culture ne nécessite que peu d'eau, une terre sèche et rocailleuse peux lui convenir. A l'opposé, un excès d'humidité peut nuire à la fructification. Les feuilles du grenadier sont vert foncé, très effilées. Les fruits, munis d'une écorce épaisse et résistante sont parfois retrouvé éclaté à cause d'un excès d'irrigation. De forme extérieure ils rappellent les goyaves et autres jambrosade, mais sont plus gros et plus résistants. Le jus de la grenade est parfois consommé, les graines également. Les graines sont entourées d'une pulpe rosatre légèrement acidulée. Les concentrations en éléments actifs des fruits leurs confèrent des vertus thérapeutiques très connues (anti-inflammatoires, purge,...).


Jacque

Le Jacquier, originaire d'inde est un fruit énorme (jusqu'à 18 kg) cultivés sur l'île de la réunion depuis 1825. Très commun, il est même naturalisé sur zone de basse altitude du Sud-Est de l'île (on en retrouve par exemple dans la forêt de bois de couleur de Mare Longue). La production de fruits est étalée sur l'année, dans des zones chaudes et humides de basses altitudes. Il en existe plusieurs variétés, qui différent par la chair du fruit. Certaines sont molles et collantes (Jacques " Miel ") ou d'autres ont un texture proche de l'ananas. Toutes possèdent des arômes puissants et envoutants. A la réunion, le Jacques est également consommé avant parfait maturité (le Cari Ti-Jacques Boucané, ou le Ti-Jacques-Saucisses). Dans ce cas, le Jacques est " battu", c'est à dire haché et utilisé en tant que légume. Son bois est également utilisé en ébénisterie (bois de couleur jaune).


Jambrosade

Egalement appelé le Jamrosat, le Jambrosade est un fruit agréable au goût d'eau de rose et de litchi. D'un arôme très subtil en bouche, il dégage une odeur caractéristique qui permet de le distinguer facilement. Autrefois très fréquemment planté, il est aujourd'hui très courant d'en trouver sur les bords des sentiers (Bassin la Paix, Grand Etang, ...) L'arbre se développe rapidement à partir des graines sphériques formées dans le fruit. L'arbre est de type fortement ramifié dès la base, et les souches produisent de nombreux rejets. Les feuilles, longues et effilées rappellent celles du manguier. Toutefois, les fleurs caractéristiques et le port de l'arbre permettent de les différencier très aisément. Le fruit est une baie sphérique de couleur jaune rougeâtre dont l'intérieur est creux. Le noyau est souvent libre au cœur du fruit. Ils sont consommés tels quels, mais sont souvent rapidement écœurants. Ils se conservent facilement dans le rhum et donnent une préparation ambrée agréable et parfois ils sont transformés en une eau de vie. L'écorce et les feuilles seraient utilisées en médecine traditionnelle.


Jamblon

Le jamblong fréquemment planté dans les jardin ou le long des sentier s'est naturalisé dans les forêts les plus basses et sèches de l'île. L'arbre porte une quantité importante de fruits (période de fructification : mars à mai). L'arbre peut être très élevé (jusqu'à 20 m, mais les spécimens rencontrés en général ne dépassent guère la dizaine de mètres). Les feuilles facilement à reconnaître et caractéristique sont vert olive brillant sur le dessus et légèrement terne sur la face inférieure. Le feuillage est généralement dense et " tombant ". Les fruits sont des petites baies oblongues rouges noirâtres (un peu à l'image des olives) généralement regroupés en grappes sur l'extrémité d'une branche. Ces baies contiennent une seule graine. Ils sont consommés mûrs et frais (mais très peu appréciés à la réunion), ils ont alors une saveur douce et sucrée. Ils peuvent également prendre part à la composition de rhums arrangés. Toutefois le plus grand bénéfice en est tiré en médecine traditionnelle, les baies séchés étant très utile pour soigner les cas de diabète.


Litchi Letchi

Fruit roi des tables réunionnaises, le Litchi est attendu et guetté avant son arrivée. Symbole de la période de Noël, avec le Flamboyant il marque la période de fêtes de ses couleurs vives. Victime de la spéculation, les premiers litchis sont vendus à prix d'or. Fort heureusement, la saison avançant, les prix deviennent raisonnables descendant parfois à moins de 5 F le kilo. L'arbre, très commun à la réunion peut atteindre des dimensions imposantes (plus de 10 m), fortement ramifié à la base, il est parfois difficile à distinguer du manguier ou du longanier. Les feuilles sont vert foncé et luisante sur la face supérieure. On le rencontre jusqu'à 400 m d'altitude, le climat lui étant défavorable au delà. La fructification n'est possible qu'après une période de stress. Nombreux sont les nouveaux arrivants, ayant cueilli les fruits à même l'arbre qui n'ont plus obtenu de résultats les années suivantes (il faut casser la branche avec les fruits...). Le fruit, rouge vif lorsqu'il est mûr est recouvert d'une carapace craquante et grumeleuse. De forme ovoïde, la chair de couleur blanchâtre possède un arôme indescriptible. En général, les fruits sont consommés crus. Toutefois d'autres modes de conservation peuvent être employés, ils peuvent être séchés, ou conservés dans le rhum. Etant très fragile, il est difficile d'en tirer un sorbet ou une confiture mais des travaux en ce sens sont en cours. Les abeilles apprécient le nectar des fleurs de litchi, nous offrant un miel exceptionnel.


Longani

Tout comme son lointain cousin le Litchi, le longani est originaire d'Orient. Apparaissant sur les étals des marchés peu après la saison du Litchi (le fruit roi de la réunion), le longani se distingue par un goût plus enveloppant. L'arôme du fruit est plus profond que l'arôme du Litchis (plus pointu). Les fruits sont très convoités sur les tables réunionnaises, sans être véritablement cultivé comme l'est le Litchi. On en retrouve très fréquemment sur les bords des routes dans l'Est du département. Ils prennent la forme d'une cerise, recouverte d'une coque beige foncée bien souvent regroupés en grappes sur les branches. La chair est en général plus fine que celle des litchis, de par la taille du noyau nettement plus imposant. L'arbre peut être d'un port assez imposant, au feuillage très denses d'une forme similaire à celle de son cousin le Litchi. Il est parfois utilisé en ébénisterie.


Tangor

Le tangor est extrêmement commun à la Réunion. On le retrouve dans presque tous les jardin créoles et il est cultivé dans les rampes de Jean Petit (Saint Joseph), plus généralement dans la région du Sud (Petite Ile, Saint Joseph,..). L'arbre peut être imposant, de forme sphérique. Il est généralement taillé afin de le rendre facilement exploitable. Les fruits, sont sphériques ou parfois aplatis (la Tangor) de couleur orange plus ou moins prononcée suivant la variété. On en retrouve très fréquemment sur les marchés forains ou sur les bords de route. L'orange est consommée telle qu'elle ou bien sous forme de jus. Une industrie de transformation existe également pour donner des confitures ou des sorbets. La richesse en sucres, vitamines et minéraux en font un fruit idéal pour la randonnée.


Sapote

La Sapote est un fruit relativement commun à la réunion. On en retrouve fréquemment dans les jardins ou même au bord des chemins. Elle est naturalisée dans la Forêt de Mare Longue où l'on en retrouve couramment. Le fruit ressemble vaguement à une tomate, est d'une forme sphérique aplatie au deux extrémités. La forme caractéristique de l'attache du fruit (une sorte de capsule) et la couleur vert intense permet de l'identifier sans peines sur les étals de marchés. Surnommée " Caca Poule " en raison de la couleur brun/noir du fruit et à sa ressemblance avec des excréments de poules, la Sapote n'a pas bonne réputation à la Réunion. Le fruit mûr est d'une consistance assez farineuse parfois un peu désagréable. Toutefois, d'autres usages méconnus sont possibles (en accompagnement notamment, ou relevé d'un jus de citron). La préparation nécessaire décourage souvent les gourmets.


Vavangue

La vavangue est naturalisée sur l'île de la Réunion depuis bien longtemps. On en retrouve couramment le long des sentiers secs. Ainsi, il est courant d'en voir le long du Chemin des Anglais, ou dans d'autre savanes herbeuses de la Côte Ouest. La vavangue pousse sur un arbre de petite taille (pas plus de 4 m) aux feuilles larges et caduques. Les fruits sont sphériques et vert luisant lors de la croissance. Ils virent aux bruns à maturité. Les fruits sont consommés mûrs et rappellent alors la compote de pomme acidulée. Les fruits sont parfois utilisés en médecine traditionnelle contre les diarrhées, les dissentries...


Zatte - pomme cannelle

La Pomme-Cannelle (Annonaceae), communément appelée " Zatte " à la réunion est essentiellement cultivée dans la région de Saint Leu. Quelques vergers existent et écoulent leur production sur le bords des routes ou dans les marchés forains (les fameux " Zatte-en-tas ". L'attier est un arbuste atteignant 5 m de hauteur au feuilles vert sombres assez luisantes (proches des feuilles du manguier). Assez rustique, l'attier ne nécessite pas un terrain spécifiquement préparé. Il accepte assez facilement les terrains rocailleux et durs. Le fruits est sensible aux attaques de la mouche des fruits et nécessite certaines protection phytosanitaires. C'est un fruit très fin et sucré à la chair crémeuse. Il se consomme lorsque les écailles s'écartent bien et que le fruit est malléable. Attention toutefois, ce fruit contient beaucoup de pépins, ne pas en donner aux jeunes enfants. C'est un des fruits roi des tables réunionnaises grâce à son goût légèrement mielleux.


Banane

La plus grande herbe du monde est originaire de l'Asie tropicale et produit des fruits très riche en vitamines B et C, ainsi qu'en sels minéraux. Selon les variétés, la taille des fruits varie de 8 à 45 centimètres de long. Certains sont destinés à être mangés crus (la banane de dessert) et d'autres, au contraire, cuits (la banane plantain). Les variétés cultivées à la Réunion sont très nombreuses autant que les régimes qui vont du jaune au grenat en passant par l'orange, le vert et même le bleuté. On compte une soixantaine d'espèces cultivées dans le monde.


Corrosol

Annona muricata, corossolier épineux ou simplement corossolier est un arbre qui pousse dans les régions tropicales, il peut atteindre 8 mètres de hauteur. Son feuillage est persistant, les feuilles sont alternes oblongues luisantes sur la face supérieur, épaisses et sont réunies en bouquets. Les pédoncules épais portent une seule fleur, ils naissent sur les vieux rameaux et parfois même sur le tronc. Les fleur sont grandes, blanche, jaune avec six grands pétales dont trois en forme de cœur plus importantes que les autres, un calice composé de trois petites folioles persistantes lui confèrent une certaine beauté. Son fruit le corossol est vert en forme de cœur, hérissé de pointes tendres. La pulpe du fruit est blanche, juteuse, épaisse et fortement parfumé, et contient plusieurs douzaines de graines sombres. La pulpe s'utilise pour la fabrication de jus frais, de sorbets et glaces. Le corossol peut mesurer jusqu'à 20 - 25 cm de longueur et peut peser de un à trois kilogrammes. Une fois mûr, il doit être consommé rapidement, le fruit se conserve très mal. Le corossol est riche en calcium, attention les graines peuvent se montrer toxiques en ingestion à forte dose.


Figue

Originaire d'Asie occidentale, le figuier n'est pas réellement un arbre des tropiques, mais il s'acclimate pourtant très bien à la Réunion où les jardiniers qui le soignent peuvent espérer 3 récoltes par an. On en compte environ 1000 variétés autour du globe, mais seule la variété carica est comestible. Ce petit arbre, qui devient vite buissonnant où il a envahi presque toutes les anfractuosités des rochers. La figue Réunionnaise fraîche est une merveille pour les gourmands.


Goyavier

Le goyavier, Psidium cattleyanum, ou plus exactement le goyavier fraise est une espèce proche du vraie goyave. Cette espèce a été introduite dans l'île en 1818 comme espèce de jardin, elle s'est naturalisée sur des centaines d'hectares où elle colonise les formations végétales indigènes, sa croissance est très rapide. Le goyavier fraise est devenu à La Réunion une peste végétale. Haut de quatre à six mètre, le goyavier est très ramifié et très tortueux. L'écorce est lisse, unie, vert nuancé de rouge. Elle est très odorante. Les jeunes rameaux sont quadrangulaires. Les feuilles sont opposées, entières de forme ovale avec une petit pointe courte. Elles sont lisses, vert foncé ou brun dessus, elles sont pâles et veloutées dessous. Les feuilles sont groupées par deux à l'extrémité des rameaux avec des pétioles très court. Les pédoncules portent une seule fleur. Ils sont opposés et axillaires. Les fleurs sont composées de cinq grands pétales blancs veinés de rose, avec des étamines nombreuses jaune citron. Elles sont très parfumées.


Suivez-nous sur :
Facebook Twitter
Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, relative à l'informatique, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données à caractère personnel qui vous concernent en nous contactant en cliquant ici
Le guide de la Réunion Réserver votre vol Les hotels de la Réunion Location de vacances Location de voiture